• Tonner

    Votre DDD (Daily Dose of Dolls)

    Petite intraveineuse quotidienne de poupées : un concept que j’ai démarré sur Facebook pour vous divertir en cette période de quarantaine.

    Chaque jour, une nouvelle photo. Cette semaine, les internautes ont voté sur Facebook, il s’agit

    Des Hommes Tonner

    Pas rancunière, je commence par un cauchemar… En effet, ce personnage a été le plus difficile à vendre ! J’ai eu beau le relooker, le coiffer… Il ne vous plaisait pas ! (à moi non plus d’ailleurs). Il faut dire que la photo prototype était fantastique et que la production a changé en cours de route.

    Prince Charming

    La semaine dernière était la semaine CAMI

  • Autres poupées,  Doll Business,  Tonner

    Robert Tonner et l’Evolution de la poupée moderne

    Lors de la Virtual Doll Convention qui s’est tenue ce week-end, Robert Tonner a dressé un historique de la poupée moderne en s’attardant sur les grands sculpteurs, créateurs des standards de cette industrie.

    A l’aide d’un diaporama, le créateur de Tonner Dolls, lui aussi partie intégrante de cette histoire, nous présente les talentueux sculpteurs de têtes.

    De Bernard Lipfert (Shirley Temple, Cissy…), Neil Estern (la plupart des poupées Ideal), Max Weissbrodt (Bild Lilly), Mattel bien évidement, Agop Agerpoff (Betsy McCall), Martha Armstrong-Hand (Mattel années 60 et 70), Joyce Christopher (les poupées Star Wars Kenner, Darci…), nous avons eu a une époque ou une autre, leurs créations entre les mains.

    Techniquement parlant, les révolutions se font par le plastique dur, puis les cheveux lavables, la poitrine formée, les pieds en arche. Barbie a été la révolution la plus planétaire. Mais Tonner note également les déflagrations dans le monde de la poupée faites par Gene, Bratz, Ellowyne Wilde ou les Smart Doll de Danny Choo et en prédisant que l’avenir de la poupée passera par l’hyper-réalisme (Hot Toys par exemple) avec pour outil principal la sculpture 3D.

    Bizarrement, il passe sous silence sa propre compagnie Tonner Dolls, comme si Tyler ou Sydney n’avait pas changé la face de cette industrie !

    Pour visionner cette vidéo, vous pouvez activer les sous-titres en français (traduction google automatique) donc approximative. Je ne vous traduirai pas cette fois-ci cette video d’une demie heure remplie de «  fabulous, amazing, beautiful, etc… », les photos et les sous-titres suffisent.

  • Autres poupées

    Sindy, le re-retour

    Après un passage éclair chez Tonner Dolls, Sindy renaît encore une fois de ses cendres sous le crayon de la créatrice Vittoria Tombs.

    C’est la société britannique Kid Kreations qui distribuera cette collection de 6 modèles à 3000 exemplaires de chaque, tous numérotés individuellement.

  • Tonner

    Oldies but goodies

    La nostalgie m’assaille parfois et je me surprends à compulser mes archives photos et à retravailler certains clichés…

    James Dean – Tonner Doll
  • Tonner

    Grace, nouvelle création de Robert Tonner

    A l’occasion de la Virtual Doll Convention, Robert Tonner a édité une  » Grace  » à 300 exemplaires.

    Vous me direz cette Grace ressemble à Sydney ! Et pour cause c’est le même moule !

    Pour un « styliste » qui était censé renouveler le monde de la poupée avec sa nouvelle compagnie ! C’est bien la peine de se gonfler le jabot !

    « Cette poupée est garantie FABULEUSE car créée par l’iconique Robert Tonner ! »

    Outre une magnifique chevelure à la  » Kate « , cette Grace a une garde-robe sortie des années 90 ! Pour peu que la robe bleue soit dans l’idée France/Provence je vais faire mon marché… Achevez-moi !

    Quand je vois ça, je ne regrette pas d’avoir stoppé l’activité de Miss Vinyl ! Ce corps musculeux n’est pas élégant, ça fait rafistolage ou swap mal fait et surtout ça ne me fait pas rêver.

  • Doll Business

    Adieu Tom Courtney

    Le talentueux ex-directeur artistique de Tonner nous a quitté la semaine dernière. C’est un véritable choc pour la communauté des collectionneurs de poupées.

    Tom Courtney

    J’ai tout d’abord cru à une fake news tant l’annonce me paraissait improbable. Mais c’est un fait, Tom Courtney, talent indissociable de la marque Tonner et de Tyler a fait ses adieux prématurément. Le 2 janvier, il a été retrouvé inanimé dans les rues d’Alexandria (VA), les secours n’ont pu le réanimer. J’ai de la peine pour sa famille, sa sœur et ses nièces dont il parlait souvent sur les réseaux sociaux.

    On se souviendra de sa personnalité fantasque, haute en couleurs, souvent émaillée de profonds désespoirs et de doutes. Il avait pourtant un talent indiscutable. Les grandes années Tonner, créatives et audacieuses, on les lui doit. Les collections « Alice » aussi dont il était fan. Les catalogues retraçant la vie imagée de Tyler et ses amis nous ont tant fait rêver.

    Je pense d’ailleurs que la magie Tonner a commencé à s’éteindre quand il a été limogé de la société. Il avait certes des avis prononcés qui lui ont valu sûrement sa place mais il était le complément parfait à un Robert Tonner timide et taciturne.

    Il était un styliste et un designer débordant de créativité et un photographe tout en sensibilité.

    Son blog et ses commentaires souvent acerbes et à l’emporte-pièce reflétait sa personnalité entière. Il balançait tout en toute sincérité. Un trait d’esprit qui va nous manquer cruellement désormais.

    Photo de Tom Courtney

  • Mizi Doll,  Tonner

    Les meilleures photos Miss Vinyl en 2019

    Chaque fin d’année annonce la popularité du hashtag « best nine » ou un classement des images Instagram les plus populaires.

    Une belle présence des Mizi, dernière marque de poupée découverte avant la fermeture de la boutique. Pas de barbies au classement et j’en suis très surprise ! Peut-être que mon désintérêt envers Mattel en est la cause. Enfin que ma tête arrive en 2ème position est très drôle !

  • Tonner

    Ce qu’il faut savoir de la collection personnelle de Robert Tonner

    Rachel Hoffman de la Virtual Doll Convention nous fait découvrir à travers une vidéo, le local où Robert Tonner accumule sa collection personnelle.

    La vidéo est en anglais non sous-titré aussi je vous dresse un petit résumé de l’interview parsemée d’un million de  » amazing ! « , Robert Tonner étant toujours aussi avare d’arguments.

    On y apprend que :

    • Robert Tonner en est à sa 3ème collection dans sa vie, après les Barbies Vintage (1ère) et les poupées d’artistes (2ème)
    • Il a des  » project dolls « , des poupées à restaurer
    • Il préfère collectionner ce qu’il ne produit pas
    • Sa taille de poupée préférée est le 24 pouces (61 cm)
    • Il collectionne du vintage au moderne, particulièrement les poupées en coffret (trunkset).
    • Les archives Tonner et Wilde Imagination reposent dans des caisses en plastique bleu en haut des étagères
    • Venant d’une communauté agricole, la visite du magasin de jouets local était son seul moment de glamour
    • Tiny Kitty a fait son temps
    • Il a sauvé Effanbee de la faillite en ressortant Brenda et en ramenant Patsy
    • Il ne comprend pas les collectionneurs qui ne sortent pas les poupées des boîtes
    • Ses licences créées préférées ont été : La Boussole d’Or, Harry Potter et Wonder Woman (Gal Gadot)
    • Les créatrices avec qui il a adoré travailler : Helen Kish, Mary Engelbreit
    • Il a été sollicité en tant qu’expert dans l’affaire Bratz contre Barbie, deux heures pour expliquer le monde de la poupée à un parterre de 30 avocats
    • Il a failli y avoir des poupées Downton Abbey, les sculpts de 2 poupées étaient faits et approuvés mais pour une histoire de brouille d’actrices, l’histoire est tombée à l’eau…
    • Collectionner ses poupées est une preuve de bon goût dixit le créateur.

     » Collecting my dolls is good taste « 

    Robert Tonner

  • Tonner

    Les vêtements Disney vus par Robert Tonner

    Robert Tonner a partagé des croquis de mode pour vêtements d’enfants sous le thème Disney.

    Pour le coup en vêtements de poupées Marley ou Patsy, ça nous aurait plu !

    Il semble que le passage de la poupée au stylisme  » en vrai «  soit toujours un passage difficile pour les créateurs.