• Barbie

    Mattel annule la Barbie Hope Diamond

    Mattel vient de m’annoncer que la Barbie Diamond Hope avait été abandonnée de la ligne 2012. Je ne sais plus quoi penser… je trouve tout ceci assez malheureux voire désespérant, j’espère que la ligne s’étoffera à l’avenir.

    Je me suis battue pour avoir ce modèle… ça ne peut pas marcher à tous les coups ! Avec un peu de chance, vous l’aurez peut-être demain au PFDF, qui sait ?  (je blague).


    Pour celles et ceux qui l’ont précommandée, je rembourserai ou basculerai les acomptes versés sur les autres précommandes.

  • Miss, myself & I

    Word to the wise

    Je suis une Bad Girl ! une vilaine vendeuse qui ne vend pas assez cher. Je me suis fait taper sur les doigts par un fournisseur parce que je pratiquais des prix trop bas ! Loin de moi l’idée de faire du dumping. Par contre je réalise bien que les temps sont difficiles pour les amoureux des poupées et je suis prête à baisser ma marge pour votre plaisir. Je n’ai pas besoin personnellement de rouler en 4×4 ou d’avoir le dernier Iphone, si on pouvait s’enrichir en vendant des poupées, ça se saurait.

    Et comme toujours, tout le boulot que je fais pour promouvoir les produits (photos, tracts, etc…) n’est comme par hasard jamais quantifié ni même remercié.

    Il est révolu le temps des commerçants ayant pignon sur rue et se faisant des marges à 2.5 ! Réveillez-vous  ! Internet est utile pour atteindre des millions de consommateurs certes mais autant de concurrents mondiaux. C’est la règle du jeu du capitalisme. Alors allez se plaindre comme un enfant gâté, je trouve ça plutôt immature.

    Moi aussi je souffre de l’écrasante concurrence des géants du jouet et du commerce en ligne, tous les jours c’est David contre Goliath. Même si ma pierre n’est pas plus grosse qu’un gravillon dans ma main, tant que j’ai l’énergie et la volonté de la lancer, c’est le principal.

  • Barbie

    L'Iran interdit Barbie

    Et ce n’est pas nouveau puisque l’interdiction est soit disant en place depuis 1996. Mais certaines enseignes n’hésitaient pas à distribuer la poupée emblème de la culture occidentale. Il y a quelques semaines, la Police des Mœurs a mis la pression un cran au dessus avec descentes dans les magasins de jouets et obligations de retirer la poupée des rayons.

    Une réponse immature aux attaques actuelles de l’Occident contre l’Iran dans la guerre du nucléaire. Vous remarquerez que ce sont toujours des symboles féminins qu’on attaque en premier quand les “grands garçons” jouent à la guerre.

    Il existe pourtant en Iran, des poupées approuvées par les autorités morales, Sara et Dara, fille et garçon aux corps enfantins portant les costumes traditionnelles et proclamant les valeurs de la société iranienne à savoir soumission, cheveux cachés et vêtements cachant le corps pour les femmes.

    “Ma fille préfère Barbie. Elle dit que Sara et Dara sont moches et gros”, dit Farnaz, une mère de 38 ans, ajoutant qu’elle ne trouvait ni DVDs ni dessins animés Barbie, eux aussi retirés des ventes.

    Sara & Dara

    Indiquant une  poupée en long voile noir, un vendeur de jouets de Téhéran dit : “Nous vendrons toujours des Barbies secrètement et mettrons ces poupées vêtues de noir en vitrine pour laisser croire à la Police des Mœurs que nous respectons la loi”.

    Petite provocation envers l’Ouest, les enfants iraniens pourront bientôt acheter la version jouet du drone américain capturé par l’Iran en décembre dernier.

    Les petites filles iraniennes devront se passer de la prochaine maison rose de Barbie ou de la Mini Cooper rouge de Ken, symboles corrupteurs de l’Occident.

    Source : Mitra Amiri – Reuters Teheran

    Iran’s morality police are cracking down on the sale of Barbie dolls to protect the public from what they see as pernicious western culture eroding Islamic values, shopkeepers said on Monday.

    “About three weeks ago the morality police came to our shop, asking us to remove all the Barbies,” said a shopkeeper in a toy store in northern Tehran.

    Iran’s religious rulers first declared Barbie, made by U.S. company Mattel, un-Islamic in 1996, citing its “destructive cultural and social consequences.”

    Despite the ban, the doll has until recently been openly on sale in Tehran shops.

    A range of officially approved dolls launched in 2002 to counter demand for Barbie have not proven successful, merchants told Reuters.

    The dolls named Sara, a female, and Dara, a male, arrived in shops wearing a variety of traditional dress, with Sara fully respecting the rule that all women in Iran must obey in public, of covering their hair and wearing loose-fitting clothes.Sara & Dara

    My daughter prefers Barbies. She says Sara and Dara are ugly and fat,” said Farnaz, a 38-year-old mother, adding that she could not find Barbie cartoon DVDs because she was told they were also banned from public sale.

    Pointing to a doll covered in black long veil, a 40-year-old Tehran toy shop manager said: “We still sell Barbies, but secretly and put these in the window to make the police think we are just selling these kinds of dolls.

    As another swipe at the West, Iranians will soon be able to buy toy versions of the U.S. spy drone that it captured in December, Iranian media reported.

    Source : Mitra Amiri – Reuters Tehran

  • Miss, myself & I

    It's a dirty job but someone's gotta do it…

    C’est un sale boulot mais quelqu’un doit bien s’y coller ! Le lundi matin est pour moi synonyme d’angoisse car pour certains d’entre vous, la frustration de la semaine ressort le week-end par l’intermédiaire d’un écran protecteur de pc et d’emails vengeurs.

    Il est inutile de proférer immédiatement des menaces de poursuites judiciaires sous prétexte qu’une poupée n’est pas encore en stock ! J’en ai assez de ce manque de savoir-vivre.

    Il n’est pas habituel pour un site marchand de réagir à des émotions ? Tiens-donc ! Je ne suis pas un robot type Amazon ! Je suis une collectionneuse qui fait son possible pour vous satisfaire. Vous pouvez m’avoir au téléphone (je reconnais que des fois c’est un peu dur car je fais beaucoup de choses en même temps) mais un mail informatif correct est le meilleur moyen d’avoir une réponse.

    Et avant toute réclamation, je le rappelle, les FAQ du site et les CGV sont là pour vous renseigner.

    Enfin heureusement, 95% d’entre vous sont de vraies crèmes, gentilles et douces. Ce que j’adore c’est quand vous écrivez des mails de confirmation de réception de colis en disant que la poupée est belle. Même si ce n’est pas moi qui la fabrique, cela éclaire ma journée, je suis contente.

    Merci de prendre le temps lire mes râleries (j’adore râler en bonne française).

    Darth Miss Vinyl

    Photo : Smokebelch

  • Doll Business

    Le choix selon Frédéric Lefebvre…

    Je reçois ce matin un courrier de Frédéric Lefebvre, Secrétaire d’Etat chargé du commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions Libérales et de la Consommation…. tadaaaaa ! donc un monsieur très occupé mais qui s’inquiète quand même du sort des TPE (très petites entreprises) dont je fais partie. J’apprends qu’il y 1,5 millions d’entrepreneurs individuels. Statut plus souple que celui d’une Eurl ou Sarl, mais si votre business se casse la gueule, c’est vos biens personnels qu’on vous prend.

    Donc pour éviter des scènes tragiques de ruine dignes d’un Zola, le gouvernement invente le statut d’EIRL, Entrepreneur individuel à responsabilité limitée. En gros, vous choisissez sur simple déclaration quels biens seront affectés à votre activité. Généralement, on possède un bien immobilier et une voiture en tant “qu’individuel “, ça ne change pas grand chose au problème. On a rarement des locaux de 3000 m2, un parc automobile de 10 voitures et 200 ordinateurs à affecter… Donc c’est toujours votre baraque qu’on saisira…

    Mais il y a un piège ! derrière ces bons sentiments se cache le véritable but exprimé par cette phrase du courrier : “Du point de vue fiscal, si vous choisissez l’EIRL, vous libre d’opter pour le régime de l’impôt sur les sociétés, ce qui constitue une grande nouveauté pour les entreprises individuelles“.

    Déjà, qu’on m’explique ce qu’est un choix quand je n’ai qu’une solution possible, de l’impôt sur les sociétés ou rien ! Le choix réside dans l’action de changer de forme juridique ! super ! on avait besoin d’un courrier en quadri recto-verso sur papier épais pour comprendre ça ! Le statut d’impôt sur les sociétés est lourd de contraintes administratives, financières  et comptables (j’ai déjà expérimenté).  Enfin ce genre de courrier me laisse penser qu’ils vont bien évidement augmenter le taux de l’impôt (33,33% actuellement) pour renflouer la dette abyssale due à la crise.

    On sent le truc pondu par des énarques à mille lieues des réalités “populaires”.  Si vous voulez déjà aider les TPE, considérez les déjà comme des vraies entreprises et pas comme des vaches à lait. Car on a les mêmes charges, on paye la même tva que les monstres. On a le mérite de rester en France, de ne pas délocaliser et de payer nos charges et de tout faire pour créer des emplois. Sans jamais un merci.

  • Convention, Expo

    Expo "Au Pays des poupées", la déontologie hertzienne bretonne

    Ou mes mésaventeurs avec une chaîne locale… A lire –> ici

    A part ça, super papier dans le journal “20 minutes”  (scan à venir).

    Lucine captive les foules… on ne regarde qu’elle.

  • Convention, Expo

    Salon du Jouet Betton :: Compte-rendu

    Me voilà de retour… complètement déprimée ! Non pas par le manque de recettes, ça se comprend vue la situation économique mais par l’ambiance générale en découlant. Et je ne suis pas la seule à avoir ressenti cela. Heureusement que l’entente est bonne entre les vendeurs, on arrive même à une sorte de soutien et d’entre-aide. Mais c’est une toute autre histoire avec les acheteurs.

    Par pitié ! ne soyez pas cruels avec vos enfants ! non je ne force pas le trait, j’ai été témoin de réflexions et d’attitudes très dures. Je suis très étonnée de ce genre de comportements alors que l’on célèbre l’enfant-roi. Il est roi petit alors… après en grandissant, ça se gâte.  Je crois qu’à partir de 7 ans, un gosse a compris qu’on était dans un marasme financier total sans espoir de futur. Le rêve ne fait plus partie de sa vie. Et pourtant ! cette partie de rêve si chère à l’enfance est tout ce qui reste quand on commence à avancer dans l’âge et que la nostalgie nous guette.

    Même si vous avez peu de moyens, créez le rêve ! ne serait-ce que par la parole à défaut des actes. Quand j’étais enfant, les fins de mois étaient difficiles et jamais mon frère et moi nous nous en sommes rendus compte. Ma mère s’ingéniait à nous raconter des tas d’histoires et à nous faire plaisir avec de la débrouille. On ne nous trainait pas dans les magasins de jouets pour nous dire “ben tu vois, ça tu ne peux pas l’avoir ! le père noël a les poches cousues”. Mais il est vrai aussi qu’on ne détestait pas nos parents à mort parce que l’on avait pas le dernier jouet à la mode aussi.

    A part ça, les stands étaient magnifiques, j’ai acheté de superbes perruques dont je vous ferai des photos, j’ai rencontré des vendeurs et artistes passionnés, ouf ! l’avenir est assuré. Et les yeux émerveillés des petites filles devant Barbie, ça me motive toujours.

  • Barbie

    Conférence Barbie :: compte-rendu

    Le but de cette conférence était d’exposer l’histoire et la symbolique de Barbie.  Quelle surprise de voir près de 90 personnes réunies dans l’amphi-théâtre de l’Institut Franco-Américain !

    Ça commence très fort avec un discours parsemé de “… l’hypothèse peu valorisante de retomber en enfance…“. Après une analyse très intéressante de Barbie et la société de consommation américaine des années 60 à savoir l’émergence d’un marché “teenager”, la conférencière nous explique que Barbie n’incarne pas le rôle de mère et que la fonction de parent disparait (on ne connait pas les parents de Barbie), elle n’a pas d’enfant, voire pas de nombril donc pas de filiation.

    Après un passage sur les mensurations cartoonesques et donc inhumaines de Barbie, le discours se poursuit sur la cible de Barbie à savoir les petites filles. Barbie inciterait les petites filles à devenir des ados rapidement, est-elle un modèle ? Pour en arriver à la conclusion que selon l’Evangile de Barbie, le salut passe par la consommation ostentatoire. Barbie possède bon nombres d’accessoires (voitures de spot, manoirs, etc…) ; ce pauvre Ken en fait partie et le bonheur est au bout de la carte bleue.

    La conférencière avait une réelle dent contre Mattel les traîtant de “Big Mother” en en relation avec le  fascisme à la “Big Brother“, de raconteurs d’histoires limite lavage de cerveau. Faire le procès de la société de consommation actuelle à travers Mattel c’est facile… et pourquoi pas L’Oréal, Danone, etc…  c’était grotesque. Dans l’assemblée, il y avait beaucoup de collectionneurs ou non, juste heureux de faire partager leurs histoires et souvenirs liés à Barbie. Il y a eu heureusement des interventions du public qui mettaient l’accent sur l’importance créatrice de Barbie, le rôle social qu’elle joue auprès des enfants, sans parler de sa caractéristique féministe que j’ai défendue bec et ongles vous vous en doutez !

    Ce qui est dommage c’est qu’en parlant de Barbie, on arrive toujours à ces clichés réacs de sexisme et de matérialisme, heureusement ce n’est que la vision des adultes, les enfants eux n’y voient qu’un jouet porteur de leurs rêves. Nous les collectionneurs, race à part, sommes toujours accrochés à nos rêves d’enfant et je trouve cela très valorisant.