• Barbie

    Livre : Barbie, the World Tour

    Les éditions Rizzoli annoncent un livre récapitulant les styles portés par Margot Robbie lors de la promotion du film “Barbie”.

    Margot Robbie et son styliste, Andrew Mukamal, se sont inspirés des tenues les plus emblématiques de Barbie et ont sélectionné des pièces vintage, puis ont approché des créateurs comme Giorgio Armani ou Donatella Versace pour recréer des looks Barbie.

    Beaucoup de ces looks n’ont pas été vus car les sorties presse « Barbie » a été écourtées. L’actrice et son styliste ont donc travaillé avec le photographe de mode Craig McDean, pour offrir un large panel de looks.

    Sortie prévue le 12 mars – 160 pages – $55

    www.rizzoliusa.com
  • Barbie

    Barbie fait les frais d’un patriarcat bien encore vivant

    Pourtant dénoncé dans le film Barbie, le patriarcat a eu sa revanche aux nominations aux Oscars.

    Alors que Ryan Gosling est nommé en tant que meilleur acteur dans un second rôle, Margot Robbie qui incarne Barbie a été snobée ainsi que la talentueuse réalisatrice Greta Gerwig, devenue la femme la plus puissante actuellement dans le cinéma.

    On les aura un jour, on les aura…

    Il faut croire que ça en gêne certains. La vengeance est médiocre. Le combat va être long à mener…

  • Barbie

    Barbie le film, un petit bijou

    “Je ne savais pas qu’il y avait un dresscode ? “

    Etonnement de notre voisine à la vue du duo de choc, Miss Vinyl et sa copine Véronique débarquant dans la salle de ciné, looks barbiecore en compagnie de nos Barbies habillées elles aussi de rose. Nous étions excitées et hilares assumant totalement notre passion pour Barbie.

    Cela fait combien de temps que nous espérons la sortie de ce film ? Des années de suspense scénaristique (après les passages éclairs de Lena Dunham, Amy Schumer) pour un film monument coloré mais pas du tout sucré ou écœurant. Une vraie pépite de cinéma.

    La talentueuse réalisatrice Greta Gerwig nous fait passer par un panel d’émotions. On éprouve de la nostalgie du pur jeu d’enfant. De la tendresse à l’apparition de la “vraie” Barbara” fille de Ruth Handler qui a donné son nom à Barbie.

    J’ai pleuré à l’évocation du fantôme de Ruth Handler dans les sous-sols de Mattel, et failli me lever et applaudir le monologue féministe déclamé par le personnage joué par America Ferrara. J’ai piqué un fou rire à la réplique “beach” dit avec une telle naiveté par Ken et ri jaune à l’évocation des réunions marketing du géant Mattel.

    Margot Robbie alias Barbie est attachante, accessible, émouvante : l’amie éternelle, la confidente de l’enfance.

    Mais la vraie star du film est Ryan Gosling. Il s’approprie entièrement le personnage et lui donne une authenticité et même une personnalité. Il assume entièrement et n’est jamais dans l’auto-dérision. On sent la sensibilité masculine revendiquée actuelle et libérée.

    Le film balaie les poncifs du patriarcat avec humour mais détermination. On rit des stéréotypes lourdingues (Stallone en manteau de fourrure, John Travolta en tshirt moulant) certes, tout en étant effrayées de réaliser qu’ils nous ont été martelés depuis des siècles. Comme les Barbies du film, nous sommes victimes d’un lavage de cerveau généralisé. Par qui ? Certainement pas Mattel qui oeuvre pour la bonne santé mentale des femmes.

    Et c’est là que c’est très fort. Mattel, méchant responsable de l’image de la femme-bimbo réussit à retourner l’opinion comme une crêpe. Barbie devient le témoin de transmission du féminisme. L’outil imparable par lequel les femmes vont se libérer de l’emprise patriarcale. Incroyable non ?

    Moyennant quoi, nous voulons toutes la poupée Ryan Gosling avec la tête de l’acteur en manteau de fourrure et torse poil. Bon Mattel ! y’a encore du boulot !

    J’ai passé un super moment. Je retournerai surement le voir car il y a énormément de références cinématographiques et pop-culture. J’étais tellement occupée à rire que je n’ai pas remarqué le milliard de placement de produits.

  • Barbie

    Une Barbie Day to Night plus vraie que nature

    A l’occasion de la sortie du film Barbie, Margot Robbie a joué les Barbies le temps d’une avant-première coréenne.

    Elle portait des tenues inspirées de la Barbie Day to Night de 1986 jusqu’au chaussures bicolores et au téléphone vintage.

    Ça c’est de la communication Mattel ! Au char d’assaut ! J’ai un peu de peine pour Margot Robbie. J’espère qu’elle ne va pas être estampillée “Barbie” dans sa carrière cinématographique et ne devenir plus qu’un archétype de blondasse décérébrée. Hollywood fait souvent des raccourcis ultra rapides.

    En faisant des recherches, je suis tombée sur la version noire… Irrésistible !

  • Barbie

    Barbie le film, extrait n°3

    3ème teaser et je dois dire que ça met l’eau à la bouche !

    J’y vois une intrigue à la “Magicien d’Oz“, j’ai hâte de découvrir ce film et de voir s’il le profil “collectionneur” est mentionné.

  • JAMIEshow

    Jamieshow Retro-Glam

    Jamieshow nous régale une nouvelle fois d’une collection de poupées en résine taille 40 cm dont le corps est identique à celui de Gene ! De quoi renouveler son dressing.

    Jamieshow ayant stoppé sa collaboration avec Mel Odom pour la production de poupées Gene, il a la bonne idée d’éditer une poupée BJD dans le style de Gene.

    Grace à un corps possédant la mensurations de Gene, on peut les revêtir de la vaste garde-robe existante de Gene ou s’offrir de nouveaux modèles.

    Dommage que les accessoires (sacs et chaussures) ne soient pas vendus séparément. J’adore cette collection et aurais aimé la distribuer du temps de Miss Vinyl.

    Collection Retro-Glam – En précommande jusqu’au 20 mai.
    Poupée nue – 475$
    Tenue à partir de 150$

    jamieshow.us
  • Autres poupées

    Nigel Chia et Rita Hayworth

    Le très réputé artiste a créé spécialement une poupée de l’actrice hollywoodienne Rita Hayworth pour le Museo de la Mode au Chili.

    Juste pour la beauté de l’objet, je partage les photos.

    Rita Hayworth porte le costume “Amado Mio” dans le film Gilda (1946).

    Nigel Chia De Muse Doll – Chaîne You Tube

    https://www.youtube.com/c/NigelChia
  • Barbie

    Barbie le film, la théorie du songe à la manière du Magicien d’Oz

    Les fans les plus observateurs ont pointé du doigt les références évidentes au classique “Le Magicien d’Oz”.

    Le clin d’oeil le plus pertinent est la robe portée par Margot Robbie, à carreaux, tout comme Dorothy dans le film.

    Barbie se balade dans sa corvette rose sur une route rose comparable à la fameuse “yellow brick road” du Magicien d’Oz.

    Elle passe même devant un cinéma jouant le classique avec un portrait de Dorothy sur la gauche et le Tin Man à droite.

    Sans compter, le monde tout en rose de Barbie, comme la Cité d’Emeraude uniformément verte.

    L’intrigue du film étant toujours un mystère, les spéculations vont bon train. Barbie serait comme Dorothy, en voyage dans un monde de rêves semblant magique et merveilleux au premier abord mais qui au final cacherait une vérité bien triste.

    Après tout, le synopsis du film annonce :

    « Vivre à Barbie Land, c’est être un être parfait dans un endroit parfait. À moins de vivre une crise existentielle. Ou être un Ken. »

    Barbie le film – Sortie le 19 Juillet

  • Barbie

    Barbie le film, nouvelle bande annonce

    La sortie de ce monument du kitsch et je l’espère de l’humour est prévue pour cet été. En attendant, cette nouvelle bande annonce vous donne une aperçu de l’univers on ne peut plus rose.

    Deux des répliques les plus “drôles” dans ce court extrait, j’espère que le film ne se résume pas à ça….

    • Ken — Je pensais que je pouvais rester pour la nuit
    • Barbie — Pourquoi ?
    • Ken — C’est ce que font une petite amie et un petit ami !
    • Barbie — Hein ???
    • Ken — En fait, je n’en suis pas sûr…
    • Barbie — Que fais-tu ici ?
    • Ken — Je viens avec toi
    • Barbie — T’as apporté tes patins à roulettes ?
    • Ken — Je ne pars jamais sans eux…
  • Gene

    Louisa Maxwell Doll Podcast

    Si vous maîtrisez la langue anglaise, je vous conseille d’écouter l’interview de Mel Odom par Louisa Maxwell qui vous charmera avec sa diction parfaite et sa voix envoûtante.

    A travers une conversation d’une heure, on découvre l’amour des deux protagonistes pour le cinéma de l’âge d’or d’Hollywood et par extension, la création des personnages Gene, Madra, Trent et Violet.

    Par exemple, Mel Odom ne voulait pas d’une meilleure amie pour Gene mais d’une meilleure ennemie : Madra était née.

    Les sourcils gris de Gene (un temps décriés par les non-fans) ont été pensés pour que Gene arbore n’importe quelle couleur de cheveux.

    Trent a été créé d’après une illustration de Mel Odom représentant l’acteur Raymond Burr. Hors de question d’en faire un boyfriend un peu fade à la Ken mais plutôt le “Studio Bad Boy”.

    Raymond Burr par Mel Odom

    Violet a des mains plus longues car Mel Odom l’imaginait chanteuse-joueuse de piano.

    Enfin, Gene a pris sa retraite au sommet de sa gloire. Il est vrai qu’on a du mal à l’imaginer dans les années 60 vêtue d’une minijupe. Mel Odom lui a imaginé une retraite à la Audrey Hepburn.

    Plus d’anecdotes vous attendent ! : Gene Marshall & Mel Odom, Films and Stars of Hollywood’s Golden Age