• Barbie

    La Barbie de convention 2021

    C’est désormais un fait établi, tout le monde recevra la même barbie en direct de Mattel lors des conventions à travers le monde.

    Cette année, Bill Greening, designer star chez Mattel, nous offre une version pop et pétillante.

    Retour donc aux sources donc pour cette barbie style vintage qui rend hommage à son « beau » de toujours : Ken ! Une robe à son effigie donc sur le modèle de la robe « Beau Time » de 1966.

    Mattel sort donc une très jolie poupée à l’heure où l’on ne peut pas se retrouver (pour plus très longtemps je l’espère). C’est légèrement frustrant !

    Joyeux anniversaire Keninou !

  • Convention, Expo

    Musée Dior de Granville, comme si vous y étiez

    Le virus ayant compromis ma visite annuelle du musée, je me réjouis de la réactivité et de l’inventivité du musée Dior.

    Grâce à une visite virtuelle gratuite, je peux à loisir, parcourir les différentes pièces de la Villa Les Rhumbs comme à mon habitude.

    Et scruter les détails des robes grâce à des fiches bien documentées.

    Vous y reconnaîtrez – en autres joyaux – cette petite chose…

    BFMC Elegance Fleurie
    BFMC Elegance Fleurie

    Visite virtuelle du Musée Dior

    musee-dior-granville.com

  • Autres poupées

    Sindy revient pour de bon !

    Annoncé il y a quelques temps, le retour de Sindy dans sa version revue par Kid Creations inspirée par le design original de Pedigree en 1963.

    Avec l’aide de talents de la mode, Sindy revient avec une version contemporaine de ses célèbres tenues.

    Elle possède le même regard de côté, mesure 27 cm, a un corps entièrement articulé, la taille pivotante et des cheveux et cils implantés : un bel objet de nostalgie pour n’importe quel collectionneur.

    Lancement prévu fin Novembre 2020.

    Photos : Papusilemele Instagram

    Plus d’infos :

    https://www.sindycollectorsclub.co.uk

  • Barbie

    Carol Spencer, l’immense l’influenceuse de 88 ans

    Fan de Barbie, ce patronyme ne vous est pas inconnu. Il a marqué les plus belles années de notre poupée préférée. Carol Spencer a fait des robes de mariée, des saris, des robes à épaulettes géantes et des caftans. Le tout en miniature. De 1963 à 1999, elle a été la créatrice de mode de Barbie, une carrière célébrée dans son nouveau livre, « Dressing Barbie » (HarperDesign).

    Carol Spencer chez elle

    Cette pétillante et coquette vieille dame toute habillée de rose a découvert son goût pour la mode enfant, en créant des poupées de papier dans des pages de journaux. Elle en vint naturellement à la création de vêtements. Mais à cette époque, une femme avec des désirs de créatrice de mode ne pouvait rarement atteindre ses rêves. Au mieux pouvait-elle espérer devenir infirmière, secrétaire, institutrice. Devenir épouse et mère était le plus courant.

    Elle s’est fiancée à un étudiant en médecine et a compris rapidement que son rôle se bornerait à soutenir la carrière de son futur mari. Elle rompt les fiançailles et s’inscrit à une école d’Art et de Design.

    A l’approche de son diplôme de fin d’études, elle apprend qu’elle est prise en stage en temps que rédactrice chez le magazine féminin « Mademoiselle« . Qu’à cela ne tienne ! d’un coup d’avion, là voilà à New York sans attendre la remise de son diplôme.

    En 1962, elle répond à une offre d’emploi mystérieuse d’une grande compagnie qui recherche un créateur. Envoi de cv, pas de nouvelle… Sentant que sa destinée était liée à ce job, elle n’hésite à traverser la moitié des Etats-Unis en voiture ! Cette opportunité se représentera par l’intermédiaire de Mattel en 1963. Lors de son entretien d’embauche, on lui demande de créer quelques pièces. Elle remporte la mise avec une tenue de plage.

    À cette époque, Mattel créait 125 tenues différentes par an et le département de la mode, dirigé par Charlotte Johnson, pourrait être intransigeant.

    « Charlotte avait une théorie, dit Carol.  » Si vous avez quatre créateurs, vous les mettez dans les quatre coins d’une même pièce ! . L’ambiance était très compétitive, vous deviez  » pitcher « , vendre votre produit. Parfois, ce n’était pas très catholique » .

    Il en résultera Country Club Dance, From Nine to Five et Debutante Ball.

    Ses bases d’inspiration : la culture qui l’entoure comme l’engouement pour Jane Fonda et sa période aérobic, la NASA quand Barbie est devenue un astronaute.

    Il y a eu des erreurs aussi ! Dr Barbie et sa mallette de pilules roses sans savoir qu’à l’époque les amphétamines avaient cette couleur !

    Carol a à son effectif, des centaines de créations de tenues sans qu’on le sache. A l’époque Mattel ne créditait rien. Et elle se rappelle (et possède chez elle) chacun d’unes.

    Comme elle le dit si simplement  » Je ne suis jamais seule chez moi, Barbie est toujours là avec moi « .

    Dressing Barbie: A Celebration of the Clothes That Made America’s Favorite Doll and the Incredible Woman Behind Them (Anglais) Relié 160 pages – par Carol Spencer

    Amazon.fr
  • Autres poupées

    Madame Alexander & Scarlett O’Hara

    Au détour des catalogues de ventes aux enchères Theriault, j’ai récolté quelques photos de poupées Scarlett O’Hara.

    Pour passer des heures à compulser des catalogues de poupées (anciennes, barbies, etc…)

    www.theriaults.com
  • Tonner

    Ce qu’il faut savoir de la collection personnelle de Robert Tonner

    Rachel Hoffman de la Virtual Doll Convention nous fait découvrir à travers une vidéo, le local où Robert Tonner accumule sa collection personnelle.

    La vidéo est en anglais non sous-titré aussi je vous dresse un petit résumé de l’interview parsemée d’un million de  » amazing ! « , Robert Tonner étant toujours aussi avare d’arguments.

    On y apprend que :

    • Robert Tonner en est à sa 3ème collection dans sa vie, après les Barbies Vintage (1ère) et les poupées d’artistes (2ème)
    • Il a des  » project dolls « , des poupées à restaurer
    • Il préfère collectionner ce qu’il ne produit pas
    • Sa taille de poupée préférée est le 24 pouces (61 cm)
    • Il collectionne du vintage au moderne, particulièrement les poupées en coffret (trunkset).
    • Les archives Tonner et Wilde Imagination reposent dans des caisses en plastique bleu en haut des étagères
    • Venant d’une communauté agricole, la visite du magasin de jouets local était son seul moment de glamour
    • Tiny Kitty a fait son temps
    • Il a sauvé Effanbee de la faillite en ressortant Brenda et en ramenant Patsy
    • Il ne comprend pas les collectionneurs qui ne sortent pas les poupées des boîtes
    • Ses licences créées préférées ont été : La Boussole d’Or, Harry Potter et Wonder Woman (Gal Gadot)
    • Les créatrices avec qui il a adoré travailler : Helen Kish, Mary Engelbreit
    • Il a été sollicité en tant qu’expert dans l’affaire Bratz contre Barbie, deux heures pour expliquer le monde de la poupée à un parterre de 30 avocats
    • Il a failli y avoir des poupées Downton Abbey, les sculpts de 2 poupées étaient faits et approuvés mais pour une histoire de brouille d’actrices, l’histoire est tombée à l’eau…
    • Collectionner ses poupées est une preuve de bon goût dixit le créateur.

     » Collecting my dolls is good taste « 

    Robert Tonner

  • Autres poupées

    (Not) Very Important People ?

    Ces poupées ont certainement été des jouets à succès il y a quelques décennies… Qui se souvient de ces célébrités ?