• Barbie,  Doll Business

    NFTs, c’est quoi cette bête là ?

    Si comme moi, vous avez été interpellé par ce sigle qui commence à émerger dans le monde de la poupée, vous allez vous demander si on entre pas dans la nouvelle ère de la collection.

    Les univers virtuels, les cryptomonnaies, les metaworlds, tout ce jargon ressemble à un mauvais film de science fiction à mon goût.

    Et pourtant, il est à nos portes et commence même à bousculer notre monde si feutré de la collection.

    Oubliez le frisson d’excitation à l’ouverture des boîtes, la nostalgie à la découverte d’un modèle égaré au fond du placard, l’attachement au bout de plastique de l’enfance ou même à la référence culturelle.

    Tout ceci va être balayé par les NFT (Non Fungible Tokens) ou Jeton Non Fungible. Vous ne pouvez pas le tenir dans votre main, c’est juste un certificat numérique unique accordé à un objet numérique.

    Ce n’est pas comme une cryptomonnaie. Là, ça ne s’échange pas contre autre chose. Cela a juste la valeur qu’on lui donne et c’est là que les fabricants de poupées ou jouets ont flairé la poule aux œufs d’or de la spéculation.

    Gagner de l’argent sans même produire un bout de plastique. Se faire des marges énormes avec peu d’investissement. Voilà la nouvelle donne.

    Mattel évidemment, lance la donne avec une collection Balmain x Barbie. 3 modèles de tenues virtuelles sur lesquelles miser.

    Que les choses soient claires, vous ne détiendrez jamais la poupée créée pour le visuel ! Juste une création artistique numérique.

    Et bien évidemment, dans la foulée, Integrity Toys demande à ses collectionneurs s’ils sont intéressés par le concept.

    Ce qui m’énerve au plus haut point, est le syndrome « Mouton de Panurge » de notre société de consommation. La première oeuvre NFT s’est vendue à 69 millions de dollars chez Christie (un collage de milliers de portraits) et ça y est le nouveau veau d’or est arrivé et tout le monde croit devenir millionnaire en un clic.

    Gagner de l’argent sans même produire un bout de plastique. Se faire des marges énormes avec peu d’investissement. Voilà la nouvelle donne du fabricant. Le hic est que ce système de transaction est terriblement énergivore et mobilise énormément de temps de calcul et donc d’électricité. Un cauchemar pour notre planète.

    Espérons que cela ne soit qu’un effet de mode, un petit pschitt dans l’univers.

    Plus d’infos sur le site de Mattel

    https://nft.mattelcreations.com
  • Doll Business

    Jouéclub se lance dans le business du jouet pour public adulte

    Le 1er décembre paraîtra un catalogue entièrement dédié aux adultes et adolescents jouant sur l’effet de nostalgie de l’enfance.

    Vous allez être content ! Désormais, vous n’allez pas être jugés d’un mauvais oeil ou affublé de réflexion telle « Il serait un peu tant de grandir ». L’industrie du jouet vient de l’approuver : on peut jouer en étant adulte.

    Et c’est un marché porteur : 20% des ventes de jouets, une hausse de 37% entre 2019 et 2021. Les marques aussi ont emboité le pas avec des collections spéciales : James Bond, Retour vers le futur chez Playmobil, Friends chez Lego.

    La question est : « Est-ce que Barbie sera représentée dans ce catalogue? »

    La BARBIE DE COLLECTION EST-ELLE LE DERNIER BASTION A CONQUERIR ?

  • Autres poupées,  Doll Business

    La Maison de Poupée à Plancoët (22)

    C’est dans sa charmante boutique au cœur de Plancoët que Dominique vous accueillera parmi ses poupées anciennes, ours, mobilier, etc… Un petit paradis.

    La Maison de Poupée

    Vous ne serez pas déboussolés, la boutique se situe là où se tenait la Clinique de Poupées l’année dernière.

    Mais c’est un tout autre décor qui vous attend dans des tons mauves sur fond de maison de poupée géante. Tout est joliment présenté, avec soin et goût. Le regard a le temps de se poser sur chaque objet. On y passe facilement du temps. Surtout si l’on commence à discuter avec la propriétaire Dominique.

    Elle est comme nous, une collectionneuse dans l’âme avec un talent pour la restauration (c’est son activité principale), apprise auprès de porcelainiers. La qualité irréprochable est au rendez-vous et les clients ne s’y trompent pas ! Je les ai vu déambuler sans discontinuer toute l’après-midi (même des ex-clientes de Miss Vinyl !).

    Et comme toute collection ça commence par un manque affectif. Une poupée Jumeau chez grand-mère, perdue dans les méandres de la vie, restée dans un coin du cœur et de la tête, accrochée à un souvenir, recherchée longuement puis trouvée. On chouchoute, on répare, on en fait une activité-bulle d’air d’un métier accaparent et stressant. Et cela finit par une belle histoire de passion et de partage dont nous pouvons bénéficier à Plancoët.

    Il y en a pour tous les goûts, toutes les bourses. Des peluches, ours, dinettes, landaus, des vêtements fait-main, valisette, barbies (mais chut !! je vais peut-être me le garder pour moi ;).

    J’y ai même trouvé une petite poupée (photos prochainement) et plein d’autres tentations. Une destination plaisir dans les Côtes d’Armor et à deux pas de chez moi, le rêve !

    La Maison de Poupée (vente et restauration)
    19 Rue de la Madeleine, 22130 Plancoët

    Ouvert les jeudi et vendredi de 13h30 à 18h30 – samedi de 09h30 à 18h30
    Tel :  07 82 71 39 21

  • Barbie,  Doll Business

    Mattel recycle les Barbies

    Vous me direz « Enfin ! c’est pas trop tôt ! ». Mattel lance un programme de collecte et de recyclage des jouets Barbie mais aussi Matchbox et MegaBlok à l’heure où seulement 10% des jouets sont recyclés.

    Ca s’appelle PLAY BACK, ça se passe en ligne en demandant une étiquette d’envoi prépayée.

    En un click, vous avez un geste pour la planète ! Vous devriez vous estimer heureux. Action totalement altruiste de votre part, car Mattel ne vous donne rien en échange pour votre bonne action. Ni un petit bon de réduction pour un produit écologique style jouet recyclable, ni même une sensibilisation à une Ong écolo.

    Que penser d’une telle action ? Les jouets vont-ils réellement être triés, lavés puis certains composants réduits en billes et enfin réutilisés. Le reste étant « transformé en énergie » (incinérés) comme dit la plaquette Mattel. Tout le CO2 dépensé par UPS pour venir chercher votre colis à travers toute la France pour finalement l’expédier en Chine je suppose, pèse t-il suffisamment dans la balance verte ?

    Le plus simple n’est-il pas de mieux gérer ses achats. Quand je vois ma filleule croulant sous les Barbies à chaque Noël, le nouveau camping-car ou la nouvelle Dream House manipulés pendant quelques jours seulement. De privilégier les circuits courts, de retaper ses poupées et de les donner (ce que je fais localement à Plancoët).

    J’ai un doute quant à la bonne foi de Mattel. C’est une pure campagne de marketing parce que Hasbro fait la même chose avec Terracycle et que la loi anti-gaspillage presse les grandes enseignes et fabricants à agir avant Janvier 2022 sous peine d’amende et de taxe.

    Plutôt que de laisser le soin à des grands groupes de se découvrir une âme écologique planétaire comme ça du jour au lendemain, mieux vaut-il pas agir localement, pour son prochain, localement ?

    Programme Play Back Mattel

    www.mattel.com/fr-fr/playback
  • Doll Business

    Livre : 100 années de publicités du jouet américain

    La maison d’édition Taschen propose un livre retraçant l’histoire du jouet américain et réunissant des plus belles ou loufoques publicités.

    Jim Heimann. Steven Heller. Toys. 100 Years of All-American Toy Ads
    Relié, 19.6 x 25.5 cm, 2.27 kg, 528 pages – 30 €

    www.taschen.com

  • Autres poupées,  Doll Business

    Le monde de la poupée pleure Dianna Effner

    Emportée par le cancer, Dianna Effner, la talentueuse créatrice manquera à tous les collectionneurs des Little Darlings.

    Celle qui commença par créer des poupées en porcelaine à la fin des années 70, travailla ensuite pour de grandes marques jusqu’à lancer sa propre maison Expression Dolls.

    Elle a su capturer à merveille l’innocence de l’enfance.

    La première Little Darlings
  • Barbie,  Doll Business

    Mattel n’a pas été impacté par la Covid, au contraire…

    Mattel se redresse après avoir affiché un meilleur second trimestre.

    Du moins en Amérique du Nord où les ventes ont augmenté de 3 % au cours du trimestre alors que les ventes internationales ont plongé de 33 %.

    Il est vrai que nous avons été confinés et privés de shopping à l’inverse des américains

    Les ventes mondiales de poupées ont diminué de 5 % pour atteindre 261 millions de dollars. En cause, l’érosion des marques Enchantimals, Polly Pocket et American Girl, partiellement compensée par la croissance de Barbie.

    Les actions de Mattel sont en hausse de 3,61% et s’échangent à 12,05 $.

    https://youtu.be/T8H6wgT6wEc
  • Doll Business,  Tonner

    Robert Tonner sort de sa retraite

    Robert Tonner parle plutôt d’un « hiatus » dont on ne saura pas plus et nous annonce une nouvelle collaboration.

    La création de nouvelles poupées en collaboration avec Sideshow, connu pour ses figurines hyper-réalistes.

    Si vous voulez en savoir plus, il faut ajouter son mail à une liste de diffusion, seul moyen de communication choisi par le Tonner.

    Andrew Yang, co-designer avec Robert Tonner de la poupée Mary Astor, avait lui aussi rejoint l’écurie Sideshow. Le monde de la poupée est décidément bien petit.

    Il s’agit donc bien d’un retour dans le monde de la poupée de collection. Soyons donc très attentifs ! (et curieux).

  • Autres poupées,  Doll Business

    FDQ c’est fini !

    Encore une bien triste nouvelle ! Le monde de la poupée perd un des derniers magazines consacrés à la poupée.

    FDQ (que j’ai distribué dès ses débuts) arrête définitivement sa publication dès la fin de l’année. Pat Henry, son éditrice, jette l’éponge.

    On peut la comprendre, qu’y-a t-il encore à partager dans une communauté de plus en plus virtuelle et comment trouver un financement quand les annonceurs disparaissent les uns après les autres.

    Pourtant, on a toujours plaisir à feuilleter des magazines et des livres. Avec les poupées et les photos, ce sont les seuls témoins que je garde de mon aventure « poupesque ».

    Profitez-en pour vous procurer les derniers exemplaires en digital.

  • Barbie,  Doll Business

    Mattel nomme un nouveau directeur financier

    Anthony DiSilvestro rejoindra la multinationale fin juin et relèvera du PDG de Mattel Ynon Kreiz.

    L’actuel directeur financier Joseph Euteneuer quitte Mattel dans le cadre du plan de transition annoncé précédemment par Mattel.

    DiSilvestro a 40 ans d’expérience en matière de finances et de leadership, plus récemment en tant que directeur financier chez Campbell Soup.